5 choses à ne pas dire à quelqu’un qui veut perdre du poids

5 choses à ne pas dire à quelqu’un qui veut perdre du poids

« Vaut mieux y mettre son cœur sans trouver de mots que de trouver des mots sans y mettre de cœur. »

Lorsque j’ai décidé que c’était là que ça se passait, que j’allais changer mes habitudes et perdre du poids, j’ai eu droit à plusieurs commentaires. Bien souvent, ce n’était vraiment pas pour mal faire ces commentaires, mais ils avaient une grande incidence sur mes pensées et rendait ma démarche parfois plus difficile.

Il faut comprendre que d’entreprendre une démarche de perte de poids est loin d’être facile. Perdre du poids et arrêter de fumer ont été mes plus gros défi autant mental que physique. 

Le premier mois, nous sommes particulières très fragile émotionnellement et notre volonté ne tient parfois qu’à un fil. La moindre parole dites peut être multiplié par 10 et à moins d’avoir passé par là, personne ne peut comprendre l’ampleur de tout ce que ce processus demande.

C’est pourquoi, votre entourage doit être bien informé de votre démarche et n’hésitez pas à leur dire si des commentaires vous blessent ou vous donne de la difficulté à maintenir

Aujourd’hui, après avoir réussi à perdre ce poids et adopter de saines habitudes, ces mêmes personnes, m’ayant maladroitement dit des commentaires qui m’ont chargé d’émotions, sont très fières de moi et je me rends bien compte que c’était juste une façon maladroite de vouloir m’encourager.

C’est pourquoi j’ai décidé d’écrire un blog sur certains de ces commentaires que j’entends encore souvent et que plusieurs personnes qui tentent de perdre du poids vivent.

Si vous avez vécu quelques-uns de ces commentaires, partagez avec moi votre expérience et je vous invite même à partager ce blog afin que les personnes de votre entourage sachent vous supporter de la bonne façon.

– 1 –

«Mais tu n’es pas gros(se)»

Grosse ?

Ai-je déjà dit que je voulais perdre du poids parce que je me trouvais grosse ?

Oui je n’étais pas fière de ce que je voyais dans le miroir, car j’avais déjà été une fille très en forme et à ce moment là je me laissais très aller… et mon reflet n’était pas à mon image.

Cependant, cette perte de poids me regardais et n’avais pas seulement des questions physique.

Je n’aime pas non plus le terme « grosse » parce que c’est un terme superficiel.

Personne n’a la même vision du mot grosse. Alors personne ne devrait employer ce mot et surtout pas en pensant encourager une personne qui est déterminée à perdre du poids. 

Je sais… vous ne le dites pas dans le but de faire de la peine, mais dans le but de remonter l’estime de la personne. Par contre, ce que vous pensez être un compliment peut réellement prendre une interprétation inverse.

Perdre du poids ou non, ne regarde que cette personne et ses motivations. Vous n’avez pas à donner votre opinion; elle peut le faire pour des raisons qui n’ont rien à voir avec son apparence.

Avant d’entreprendre cette démarche, c’est une réelle préparation mentale. Ce motiver et préparer ses pensées à ce processus est vraiment difficile et personne ne se sent bien à se faire dire, après tout cette préparation et ces efforts : 

« Tu n’es pas grosse.» 

C’est comme ce faire dire que ce que l’on fait n’est pas correct. C’est comme ça que nos pensées le perçoivent…

Dites plutôt :

« Je suis là et je vais te soutenir. » 

Tout simplement. C’est ce dont nous avons besoin.

– 2 –

« J’ai préparé un dessert pour toi. Tu as quand même droit à une petite gâterie de temps en temps. » 

La tentation… ennemi numéro 1.

Changer c’est difficile et encore plus quand nous sommes constamment tentés. Déjà, je trouvais difficile d’établir un changement dans l’alimentation et de couper dans le sucre, alors d’être invité à manger quelque part, pour moi, était un réel défi, car je perdais tout contrôle.

Et souvent, les personnes croyaient bien faire en se disant me donner un « break » de la bonne nutrition, et en m’ayant concocter un dessert en plus d’un repas très copieux. 

La réalité est que… ma volonté avait ces limites.

J’étais trop fragile pour être en mesure de garder le contrôle et je finissais par céder. Sur le moment, c’était si bon ! Mais ensuite, quand je réalisais que j’avais échoué… encore… oui encore, parce que la journée d’avant aussi j’avais été invité et je n’avais pu résister là aussi.

C’est un sentiment de culpabilité qui m’envahissait. Je me rappelle très bien le commentaire qui accompagnait souvent celui-ci que j’ai mis en numéro 3.

D’avoir une « cheat day » c’est correct…

à condition que ce soit la personne elle-même qui décide quand, dans son plan alimentaire, elle veut l’intégrer.

Ce n’est pas à vous de décider pour elle quand elle devrait se gâter. Vous ne connaissez pas le reste de sa semaine, tous les défis alimentaires qu’elle a dû affronter. Qu’en savez-vous, peut-être elle s’était déjà gâté la veille en se disant qu’ensuite elle allait réussir à maintenir de bonnes habitudes tout le reste de la semaine ?

Dites plutôt :

« Qu’aimerais-tu manger ? J’aimerais apprendre et m’inspirer de toi. » 

C’est motivant de sentir que l’on inspire.

– 3 –

« Il ne faut pas virer fou, ce n’est pas un petit dessert qui va tout gâcher. »

Je l’ai tellement entendu celle-là ! Et je répondais : 

« Non, mais un peu quand même. » 

Je me sentais jugée.

Pourquoi je répondais « un peu quand même » ?

Parce que c’est comme ça je le sentais. Disons les vrais affaires, faire de gros changements dans notre vie nous donne par moment l’impression de virer fou! Nous vivons un réel combat intérieur tous les jours ! Et ce, jusqu’à ce que l’habitude soit établi.

Pour moi, me faire dire ce commentaire, c’est comme si quelqu’un m’aurait dit, lorsque j’arrêtais de fumer :

« Il ne faut pas virer fou, ce n’est pas une puff qui va tout gâcher. » 

Sachez que oui une simple puff de cigarette aurait pu détruire ma démarche d’arrêt de fumer. Et c’était aussi difficile pour moi changer mon alimentation et intégrer l’entraînement à mon quotidien que d’arrêter totalement de fumer.

Ne testez pas la volonté d’une personne au tout début, car elle est très fragile. Au lieu de ça, intéressez-vous à sa démarche afin de mieux l’aider.

Dites plutôt :

« Ce n’est pas facile, mais je t’appuie. C’est vraiment super ce que tu fais ! » 

Comme on est dans un mélange d’émotions, ça fait toujours du bien d’être appuyé et de sentir que l’on fait la bonne chose.

– 4 –

« Est-ce que tu as le droit de manger ça?»

​Je sais, vous voulez seulement faire attention et aider, mais ce petit commentaire a beaucoup plus d’incidence que vous ne pouvez l’imaginer. Surtout que mon but était d’améliorer mon alimentation, pas de me priver.

Je n’avais pas de règle alimentaire, du moins, je ne voulais pas ressentir que je m’en donnais pour m’aider et de me faire dire ceci, me rappelait mes difficultés à changer.

Pour revenir à l’exemple de la cigarette en comparaison, c’est comme l’annonce anti-tabac qu’il y avait toujours avant. Oui, ça mettait l’emphase sur le fait que c’est très mauvais de fumer, mais quand tu essaies d’arrêter et que ces annonces passent sans cesse… tes pensées sont envahies de ce manque et tout ce que tu aurais envie… est d’en fumer une !

Et bien, c’est pareil pour la nourriture. Plus on s’en fait parler, plus on a le goût de plonger dedans, surtout ce qui nous rend addict, comme le sucre.

Dites plutôt :

…Rien

C’est préférable.

– 5 –

« Bravo, quel changement ! Mais là, n’en perds plus, car tu es belle comme ça. »

​Mes objectifs, mon affaire ! 

Un autre commentaire qui me faisait sentir jugé. Ces personnes savaient très bien que je n’étais pas malade, je n’avais pas des tendances d’anorexie, je mangeais très bien, tout ce que je voulais était de retrouver un poids santé et de façon générale, la santé.

Pourquoi dans ce cas jugé mon objectif ?

Moi j’étais si fière de ce que j’avais accomplie jusque là. Ça m’a demandé beaucoup de courage me rendre là, alors de me faire dire ce commentaire… je sentais que l’on mettait la priorité sur mon apparence quand j’avais tellement beaucoup plus d’accompli.

Le plus beau commentaire que j’ai eu :

« Tu as quelque chose de changer. Je sais que tu as perdu du poids, mais c’est beaucoup plus. Ça se dégage de toi, de ton sourire. Tu es radieuse ! » 

Ce commentaire a fait ma journée. Merci !

Conclusion…

Changer est difficile, mais en vaut tous les efforts. Peut-être n’avez vous pas besoin de faire de changements, mais respectez les personnes qui prennent leur courage à deux mains et décide de franchir le pas. Elles ont besoin de votre support, mais non de vos commentaires.

Si vous n’êtes pas certains de l’impact que votre commentaire pourrait avoir, gardez tout simplement le silence, il sera apprécié. Démontrez que vous êtes fiers de cette personne, de ce qu’elle entreprend. Soyez un support POSITIF ! 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.