Comment j’ai Trouvé la motivation de continuer

Comment j’ai Trouvé la motivation de continuer

« Chaque problème cache un cadeau pour toi. »

Motivation, motivation, mais pourquoi parfois tu es là et d’autres fois nous te cherchons, mais tu te caches tellement bien que nous avons envie de baisser les bras et te laisser gagner?  

Aujourd’hui ma motivation est beaucoup puisée de mes résultats. Je n’ai aucunement envie d’un retour en arrière. J’ai travaillé fort physiquement et mentalement pour me rendre ou j’en suis et il est beaucoup plus facile de garder la roue qui tourne aujourd’hui que de me laisser aller et reprendre du début…!

Juste d’y penser je suis très motivé à continuer! Parce que si vous êtes en plein processus, vous savez à quel point ce peut être difficile certains jours.

Je me suis posée la question :

«Qu’est-ce qui m’a motivé au début à persister avant même d’avoir des résultats? »

– 1 – 

ça en était assez !

Une écoeurite aïgu de voir comment je m’étais laissée aller était ma toute première motivation. Je n’avais qu’à monter les escaliers chez nous pour comprendre que je devais faire quelque chose et que personne ne pouvait le faire à ma place…ouin malheureusement… personne.

J’étais responsable de mon sort.

Je ne sais pas pourquoi, mais avant de décider de faire le grand pas vers le changement, j’étais en mode attendre le miracle. Comme si c’était possible que quelqu’un arrive avec sa baguette magique et provoque le changement sans avoir à y mettre aucun effort.

C’est si bon la paresse! 

Puis, j’en ai eu assez de pleurer tous les soirs sur mon sort. La réalité m’a frappé, je devais faire mon propre miracle! Donc, à ce moment-là j’étais motivée et j’allais changer!

– 2 –

J’ai Pensé à mes «WHYs»

J’ai trouvé ça vraiment difficile par moment… des journées ça allait, j’étais motivée et d’autres… je me posais la question :

«Suis-je si malheureuse de ne pas être en forme dans ce corps?»

Je m’en voulais de tout simplement penser à me poser cette question. Évidemment que j’étais malheureuse, sinon je ne tenterais pas de faire des changements! 

Chaque fois que je me posais cette question je repensais à mes POURQUOIs du tout début.

Pourquoi j’ai décidé de faire ce pas? Pourquoi j’en était là?

Parce que j’étais malheureuse dans ce corps qui ne me ressemblait pas.

Parce que j’en avait assez de monter les 10 marches de ma maison et d’en avoir pour 10 minutes à m’en remettre.

Parce que mon conjoint, lui, avait réussi, alors je pouvais le faire aussi.

Parce que… je commençais à avoir des répercussions de ma mauvaise forme physique. Maux de dos, maux de jambes, maux de genoux, mauvais sommeil dû à mes ronflements et mes reflux gastriques omniprésents, dû à mon poids. Sans compter mes nombreux rhumes…

…bref, ce n’était pas mes gênes familiales qui en étaient responsable, j’étais la seule responsable.

Avez-vous remarquer que parfois les gênes ont le dos large ?

Pourtant, la majorité du temps ce ne sont pas les gênes les responsables mais les habitudes transmises. Pensez-y! Qu’elles habitudes voulez-vous transmettre à vos enfants? C’est un point déterminant de leur santé futur.

Et au fait, avoir des gros os, c’est un mythe!

– 3 –

S’inspirer de quelqu’un qui RÉUSSIT

Je m’inspirais beaucoup de mon mari qui avait lui même changé ses habitudes, et intégré l’entraînement à sa routine quotidienne. Il m’impressionnait et ça avait l’air si facile quand il le faisait.

Je voulais m’en inspirer et moi aussi avoir mes propres résultats.

Je crois que je voulais aussi, d’une certaine façon lui faire honneur, mais de vouloir et de le faire c’est deux.

Par contre, je voyais clairement les résultats qu’il avait et je les voulais aussi !!

S’il l’avait fait, JE LE POUVAIS AUSSI ! 

– 4 – 

Le support c’est essentiel!

J’ai vite réalisé qu’une grande difficulté à faire ce changement était l’entourage.

J’ai beau vouloir et être mentalement préparé, j’avais besoin que quelqu’un m’aide à garder le focus. J’avais une coach, mais j’avais aussi, encore une fois, mon mari qui était conscient que j’avais besoin que l’on m’aide à garder le focus physiquement.

Il ne pouvait habiter avec moi, sans m’appuyer, en m’encourageant, en mangeant bien AVEC moi.

J’étais fragile et j’avais grandement besoin de son support et c’est une grande partie de ma réussite. S’il n’aurait été là à fond avec moi, je ne sais pas si j’aurais sincèrement réussi…

Parfois il oubliait combien ce pouvait être difficile pour moi, car pour lui c’était devenu une routine.

Par contre, avant de tout gâcher et me décourager, je prenais le temps de m’asseoir avec lui et lui dire combien j’avais besoin de lui et comment il pourrait m’aider. J’avais besoin de mon supporteur No.1! 

Il comprenait et m’appuyait.

Il faisait tous ce qu’il pouvait pour m’aider. Il a même commencé à s’entraîner avec moi pour m’aider à me motiver à le faire. 

– 5 – 

Se FÉLICITER

Je m’attendais à ce que tous comprennent et m’aident dans ma démarche, mais ce ne fût pas le cas et ça m’a donné un coup dur. Je me sentais très seule. La réalité est qu’il ne faut pas attendre les tapes dans le dos, il faut se les donner ! 

Mon mari était là, mais tout autour, c’était plutôt maladroitement qu’ils y étaient.

On m’invitait à souper en se disant que j’avais besoin de me gâter de temps à autres et que ce n’était pas un repas qui allait tout gâcher. Cependant, quand tous se donnent le mot, c’est plus d’une invitation à souper que j’avais… et j’ai trouvé cette période très difficile.

Mon entourage ne comprenait pas trop ma démarche et pour eux, je me laissais mourir de faim dans le but de maigrir. Ils croyaient que je faisais un régime quand ce n’était pas du tout le cas.

Ce n’est pourtant pas parce que je ne passais pas mon temps à expliquer ma démarche, ce qui était vraiment épuisant et démoralisant à la longue. Mais, je leur pardonnais, je me disais un jour ils vont comprendre.

Je me devais de rester forte et je focussais sur mes bons coups. Quand la motivation avait envie de prendre le large, je m’assoyais et pensais aux choses que j’avais accomplis. Les changements que j’avais réussis aussi petits soient-ils, ils étaient tous important.

Chaque fois, je me disais :

«Wow, t’as fait tout ces petits pas! Allons en faire d’autres.»

Conclusion…

Ce sont toutes ces petites choses qui ont fait que j’ai réussi à garder une motivation. J’ai dû mettre beaucoup d’efforts et travailler dur, mais j’ai réussi.

Pour réussir il faut être prêt d’abord à tout donner! Il ne faut pas s’attendre à ce que le chemin pour s’y rendre soit facile, mais tout au bout, on a tous notre réussite qui nous attend.

Cet article a 3 commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.