Pourquoi les hommes perdent plus que les femmes

Pourquoi les hommes perdent plus que les femmes

Je me souviens tellement lorsque j’ai entrepris ma démarche de perte de poids en 2015, mon mari qui avait débuté l’entraînement avant moi et a poursuivi par la suite avec moi, avait fondu en un rien de temps. Ces résultats ont été plus rapides que les miens et pourtant je travaillais si dur!

Avez-vous vécu cette situation?

Ne vous en faites pas mesdames, il y a une explication derrière et cette situation, même si elle est frustrante pour nous, est tout à fait normale.

1. Les hommes ont plus de muscles que les femmes

via GIPHY

Il est recommandé pour une bonne santé que les hommes aient 14% à 17% de graisses corporelles comparativement à 21% à 24% pour les femmes. Donc, pour un même poids, la découpe ne sera pas la même, car l’homme est génétiquement conçu pour fabriquer du muscle. Bien sûr, d’autres facteurs peuvent influencer la masse musculaire.

Le muscle squelettique représente jusqu’à 40% du poids corporel humain adulte et est influencé par la génétique, l’activité physique, la nutrition, les hormones, les maladies et les traumatismes.

(Rasmussen et Phillips, 2003)

Les hommes ont un niveau plus élevé de testostérone qui leurs facilite le développement musculaire. C’est pourquoi les femmes n’ont pas à s’inquiéter, même en s’adonnant activement à la musculation, elles ne ressembleront pas à Hulk. Cette facilité qu’ont les hommes à se muscler entraîne une autre engrenage : L’activité métabolique.

Suggestion de lecture :

Augmente ton métabolisme pour brûler plus de graisse

[…] C’était si long, et j’avais tellement l’impression de fournir une multitude d’efforts sans grand résultat. Je sautais à pied joint sur tous les articles qui proposaient une perte de poids incroyable!

Construire des muscles demandent beaucoup de travail de la part de notre métabolisme. Une augmentation de 4,5 livres de masse musculaire augmenterait le taux métabolique au repos d’environ 50 calories par jour.

Alors un homme et une femme s’adonnant au même entraînement musculaire et ayant une bonne alimentation adaptée, n’auront pas les mêmes résultats, car l’homme fera plus de masse musculaire et aura donc un métabolisme plus actif et efficace.

2. Une utilisation plus rapide des réserves

Avez-vous déjà entendu parlé du glycogène? Notre organisme a besoin de glucose pour créer l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de nos cellules et pour éviter d’en manquer, il fait des réserves. Ces réserves sont stockés sous forme de glycogène dans le foie et les muscles. Le glycogène est toujours lié à de l’eau.

Lorsque nous désirons perdre du poids, nous devons créer un léger déficit calorique qui fera en sorte de brûler nos graisses corporelles. Cependant, ce ne sont pas nos graisses qui sont d’abord utiliser, mais nos réserves de glycogène qui sont plus facilement transformable en énergie pour l’organisme. Comme ce glycogène est lié à l’eau, les premiers kilo perdus sont donc de l’eau et les réserves de glycogène.

QUELQUES CHIFFRES
Pour 1 gramme de glycogène stocké dans votre foie et vos muscles, environ 3 grammes d’eau sont stockés. Nous avons dans notre corps une réserve de 400 à 500 g de glycogène. Lorsque les réserves de glycogène sont épuisés, la perte de poids est d’environ 2 kg (un peu moins de 5 lbs).

L’organisme utilisera ensuite les graisses corporelles qui sont une source d’énergie plus longue à obtenir, donc il est tout à fait normal de perdre les cinq premières livres plus rapidement et ensuite de vivre une perte de poids plus lente.

Tout ce processus se passe à une vitesse différente chez l’homme et la femme en grande partie à cause de cette fameuse masse musculaire donnant à l’homme un métabolisme plus élevé.

3. Un mécanisme de survie

Le mécanisme d’épargne et de survie des femmes est plus important que celui des hommes. Elles sont génétiquement programmées pour donner la vie et maintenir la survie de l’espèce. Ce rôle est très important et demande beaucoup d’énergie à bien des niveaux. L’organisme cherche donc toujours à économiser l’énergie pour s’assurer d’être prêt à assurer la création de la vie.

C’est pourquoi la faible masse musculaire des femmes. La génétique a fait en sorte que les femmes ne puissent pas avoir une masse musculaire aussi importante que celle des hommes, car un muscle au repos demande trop d’énergie.

Mais il y a un autre phénomène lié à cette évolution : Les hormones.

4. Les hormones

Les hormones sont probablement les plus coupables dans la difficulté des femmes à perdre du poids. Le rythme de la vie des femmes se repose beaucoup plus sur les hormones que celle des hommes ainsi que leurs silhouettes.

L’insuline, le cortisol, les oestrogènes, la progestérone et la testostérone toutes ces hormones jouent un rôle déterminant dans la localisation des graisses et leurs accumulations. Si l’équilibre entre ces hormones est bon, les graisses se localisent surtout dans le bas du corps pour la femme, mais un déséquilibre tend à favoriser l’accumulation abdominale.

Cependant l’accumulation de graisse plus facile chez la femme serait principalement liée à l’oestrogène qui jouerait un rôle particulièrement important.

Une revue de recherche de University of New South Wales (UNSW) a pour la première fois établi un lien entre l’œstrogène et son impact sur le stockage des graisses pour la maternité. Il a été démontré que l’œstrogène réduit la capacité d’une femme à brûler de l’énergie après avoir mangé, ce qui entraîne un stockage accru de graisse dans le corps. Selon cette revue, la raison probable est encore une fois de préparer les femmes à procréer.

Donc les femmes nous sommes plus facilement portées à prendre du poids si nous accumulons les écarts alimentaires que les hommes parce que notre corps veut se préserver pour enfanter.

Les femmes ont en moyenne 6 à 11 % plus de graisse corporelle que les hommes.

Attention, tout n’est pas perdu!

Bien que les hommes soient de meilleurs brûleurs de graisse après l’exercice, les femmes quant à elles brûlent plus de graisse pendant l’exercice que les hommes! L’exercice devient donc un atout important pour nous. Un entraînement musculaire d’endurance apportera de bons résultats.

Bien entendu, il faut ajouter à cela une saine alimentation et faire attention à ne pas trop succomber aux écarts. Comme nous ne brûlons pas aussi efficacement que les hommes après un repas, il devient important de bien équilibrer notre alimentation et s’en tenir à nos besoins caloriques.

Bref…

Pour un même effort, il est tout à fait normal que l’homme et la femme ne perdre pas de poids à la même vitesse, mais de toute façon vous ne devriez jamais vous comparer. Même deux femmes ne perdront pas de la même façon, car nous sommes tous génétiquement différentes. La comparaison démotive… et parfois la démotivation survient juste avant la production du miracle.

Persévérez et faites-le pour vous d’abord et avant tout! Et embrassez chaque pas en avant que vous faites comme avoir intégré l’exercice, avoir intégrer plus de légumes, avoir couper à 60% les sucreries et écarts…etc. Tout ces pas sont de grosses réussites qui vous mèneront éventuellement à la plus belle réussite : La santé!

Source:
https://www.unm.edu/~lkravitz/Article%20folder/metabolismcontroversy.html
https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/genetique-glycogene-742/
https://www.nicolas-aubineau.com/glycogene/
https://www.atlantico.fr/decryptage/1716587/perte-de-poids–pourquoi-c-est-reellement-plus-difficile-pour-les-femmes-que-pour-les-hommes-reginald-allouche
https://www.css.ch/fr/clients-prives/ma-sante/alimentation/perdre-du-poids-sainement/perd-on-eau-maigrissant.html
https://www.sciencedaily.com/releases/2009/03/090302115755.htm

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.